Les vaccins ARN en point de mire

Installée à bluefactory depuis 2013, LS instruments vit une phase clé de son développement. Un récent apport de capitaux lui a permis d’ouvrir sa succursale aux États-Unis, qui s’ajoutent à 18 partenaires dans le monde entier. Aujourd’hui, les produits de LS Instruments sont présents dans 34 pays.

LS Instruments

03/10/2022

LS instruments se porte très bien. L’ouverture d’une succursale aux États-Unis, il y a deux mois, a eu un grand impact sur ses ventes. Elle vient aussi de faire une grande percée dans le domaine des vaccins avec son partenaire Solvias, un leader mondial de la recherche, du développement et de la fabrication sous contrat de produits pharmaceutiques (CRO/CDMO). L’entreprise vient de soumettre la publication des résultats de cette collaboration. «Avec la formulation des vaccins, explique le CEO, Dario Leumann, nous avons trouvé la niche parfaite pour l’un de nos produits.» Parallèlement, le nombre de collaborateurs est aussi en croissance. Aujourd’hui, LS Instruments emploie 14 personnes. Seule ombre au tableau: le marché chinois, qui était auparavant en pleine croissance, se trouve toujours bien en dessous de son niveau d’avant la crise liée à l’irruption du COVID.

LS Instruments a été fondée en 2010 par les professeurs Peter Schurtenberger et Frank Scheffold, tous deux physiciens spécialistes des matériaux mous, pour optimiser la technologie de diffusion de la lumière dans l’étude des matériaux. Au départ, les technologies existantes ne permettaient pas d’analyser les échantillons concentrés. Les deux chercheurs se sont consacrés à résoudre ce problème pour étendre la technologie de diffusion de la lumière, afin de permettre également la caractérisation fiable d’échantillons turbides et hautement concentrés.

Les technologies de LS Instruments ont d’abord été développées pour le secteur de la recherche et les premiers clients de la société étaient académiques. Il a ensuite fallu un long processus de validation pour que les appareils fabriqués à Fribourg puissent être également utilisés dans l’industrie, ce qui est aujourd’hui le cas et ce qui laisse augurer des développements très importants pour la société. «La validation d’une nouvelle technologie scientifique prend toujours du temps, explique Dario Leumann. Il faut d’abord établir la technologie dans les départements de recherche des universités. L’avantage, c’est que, ensuite, ce sont souvent des personnes qui ont utilisé ces technologies à l’université qui les introduisent dans leur entreprise. Une bonne présence dans les universités fait donc partie intégrante du marketing de nos produits.»

 

LS Instruments propose quatre produits à l’industrie:

  • DWS RheoLab, un rhéomètre optique;
  • NanoLab 3D, un instrument compact de DLS pour la mesure de taille des nanoparticules;
  • LS Spectrometer, un instrument de diffusion de la lumière pour la caractérisation des nanoparticules;
  • LSI Correlator, un corrélateur numérique.

 

Pour son déploiement dans l’industrie, l’entreprise a identifié quatre secteurs clés:

  • La pharma;
  • L’industrie chimique, pour tout ce qui concerne les nanosystèmes;
  • L’industrie agroalimentaire, pour l’analyse des protéines, par exemple dans le domaine du lait ou dans la création des nouveaux produits vegan;
  • Le domaine des soins personnels pour la composition des cosmétiques.

 

C’est dans le domaine de la pharma que le potentiel paraît le plus intéressant. Et pour percer dans ce marché, il reste une étape importante à franchir. «Pour l’instant, explique Dario Leumann, les entreprises de la pharma utilisent nos produits pour leur R&D. Le prochain pas, pour nous, consiste à leur proposer des appareils qu’elles pourront utiliser dans le contrôle qualité, afin de satisfaire aux exigences légales et réglementaires pour mettre leurs produits sur le marché. Ça suppose de notre part encore des développements sur le hardware et le software, afin de rendre nos appareils conformes aux exigences des organismes de validation des médicaments. Dès lors, les entreprises de la pharma pourront intégrer nos appareils dans le processus d’établissement de leurs données et des leurs résultats».

Dario Leumann précise encore la raison pour laquelle la formulation des vaccins ouvre des portes très prometteuses: «Les vaccins sont des produits hautement concentrés. Avant la création de nos instruments, on ne pouvait pas analyser les vaccins avec la technologie de la diffusion de lumière. Dans les nouveaux vaccins ARN, le principe actif est encapsulé dans des nanocapsules. En raison de la taille des sphères et de la concentration des principes actifs, il est difficile de les caractériser avec les technologies habituelles et c’est exactement là que notre technologie présente des points forts pour des applications industrielles.»

Aujourd’hui, LS instruments vend un nombre à deux chiffres d’appareils par années. Tous sont assemblés à bluefactory avec des parties pré-assemblées par des partenaires. L’entreprise se sent bien sur le site parce qu’il lui permet de conserver ses collaboratrices et collaborateurs. «Avec les profils hautement spécialisés, ils et elles ont souvent un-e partenaire qui travaillent dans une autre ville suisse. La proximité de la gare est donc essentielle pour nous. Outre les liens historiques étroits avec l’Université de Fribourg, nous sommes également très bien situés entre les centres universitaires de Zurich, Lausanne et Berne.»

Copyright ©Bluefactory. All rights reserved. – Fait avec le :cœur_bleu: par Up to you